Libye : un rapport parlementaire britannique dénonce l'intervention de 2011
le 14/09/2016 12:56:30
Libye

Image redimensionnéeL'intervention militaire britannique en Libye en 2011 était basée sur des "postulats erronés", accusent des parlementaires britanniques dans un rapport publié mercredi qui critique sévèrement l'ancien Premier ministre David Cameron.



Selon l'AFP, la Commission des Affaires étrangères du Parlement britannique a relevé plusieurs erreurs dans le processus décisionnel qui a amené Londres à intervenir militairement avec la France en 2011.

"La stratégie du Royaume-Uni fut fondée sur des postulats erronés et sur une analyse partielle des preuves", assènent les membres de la commission.

Une demi-décennie après la chute et la mort de l'ancien maître du pays, le chaos continue de régner en Libye, pays riche en pétrole où le gouvernement d'union nationale (GNA), soutenu par l'ONU, peine à asseoir son autorité sur l'ensemble du pays depuis son installation en mars à Tripoli.

Mardi, les forces du gouvernement non reconnu qui siège dans l'est se sont emparées du dernier des quatre terminaux du Croissant pétrolier, des installations cruciales pour l'économie du pays situées entre Benghazi et Syrte, une ville d'où les forces du GNA tentent depuis quatre mois de chasser le groupe terroriste Daech qui en avait fait son bastion.

Selon Crispin Blunt, le président de la commission, le gouvernement Cameron aurait pu privilégier d'autres options qui auraient amené à de meilleurs résultats.

"Un engagement politique aurait pu permettre de protéger la population civile, de changer et de réformer le régime à un coût moindre pour le Royaume-Uni et la Libye", estime-t-il.

"Le Royaume-Uni n'aurait rien perdu en suivant ces pistes, au lieu de se focaliser exclusivement sur le changement de régime par des moyens militaires", a-t-il affirmé dans un communiqué.

Format imprimable Envoyer cet article  un ami Crer un fichier PDF  partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.